L’EDITO Jean-Jacques Colonna d’Istria

Des deux thèmes proposés pour illustrer ce troisième numéro de « I Vagabondi », « La tolérance » me semble, au moment de boucler et de mettre sous presse, d’une pertinence que certains auront jugée comme inadéquate, décalée ou même, répréhensible. En effet, oser évoquer la tolérance, en ces temps  ou elle est bafouée sous nos yeux, de toutes parts quasiment dans le monde entier et dans touts les domaines, me semble en effet aujourd’hui relever de la provocation, voire de  l’indécence ! Trop tard ! Peut-on en effet parler de tolérance en pensant à l’Ukraine,  aux peuples Ouïghours, à la chasse aux homosexuels et aux LGBT dans nombres de pays, mais aussi à certains propos qui ont émaillé les dernières campagnes électorales en France même, au Wokisme et autres attitudes dites « éveillées » qui défient l’universalisme ? Si j’avais dû moi-même « traiter » ce thème, je me serais demandé, avant toute autre réflexion « où commence et ou finit la tolérance ? Jusqu’où est-elle possible et acceptable, et surtout à partir de quoi devient-elle justement inacceptable, intolérable et impossible à appliquer ? ». Oui, que peut-on trouver, que peut-on faire, comment agir après, au-delà de la tolérance ? En un mot jusqu’à quelle attitude puis-je tolérer un geste, une action voire une idée que je juge répréhensible ou contraire à mon éthique ?

   Chacun des « collaborateurs » à ce numéro de « I Vagabondi » y a pourtant répondu avec conviction, sincérité et imagination, chacun selon sa sensibilité, l’écrivain syrien, comme le romancier d’Ucciani, le philosophe de Sartène, le poète bastiais, le catalan, l’Académicien comme le conteur algérien ou le français de Bucarest…

D’autres n’ont sans doute pas voulu  aborder ce thème et auront préféré de jouer avec « le feu » ! Ce second thème leur aura permis d’extérioriser leur flamme ou d’allumer des contre-feux. Ainsi Céline ou Claude-Henry, les peintres corses du Mexique; ainsi le sculpteur de Porticcio, les artistes plasticiennes de Cuttoli ou de Balagne, le « géométricien » de Bastia… Les uns nous parlent de leur feu intérieur, de leur énergie qui suscite la création comme chez Mita, Stella, Marie-Julie, Alexandra comme chez Linda, Colomba, Tina, Michèle, Solange et les autres, mais on le sait bien, le feu c’est aussi le ravage, en Méditerranée et en Corse en particulier, c’est le drame des châtaigniers et des oliviers embrasés en été, et même durant les autres saisons maintenant. Alors d’autres y verront un danger, une plaie. Emilie sait de quoi l’on parle. Le feu peut devenir lui aussi, à son tour, intolérant !

Et puis, nous avons souhaité rendre un hommage à un philosophe que nous apprécions tout particulièrement et qui vient de disparaitre, quasiment centenaire - à quelques jours près : Marcel Conche édité aux Cahiers de l’Egaré de Jean-Claude Grosse.

Dans ce numéro, les uns comme les autres ont aussi et encore une fois tenté de jeter un pont entre les deux rives de la Méditerranée, comme nous le souhaitions car c’est bien là l’un de nos objectifs : donner la parole, la plume, le pinceau, ou l’appareil photo aux créateurs, écrivains, bédéistes, caricaturistes, peintres et poètes, tous artistes  de la vieille, vaste et multiple Méditerranée, notre Mare-Nostrum, mais pas que !  La tolérance devrait nous inciter à ne pas mettre le feu aux poudres…

Le prochain numéro de la revue (décembre 2022)  sera consacré à « La femme en Méditerranée », tandis que le numéro suivant (Printemps 2023) aura pour double thème, à l’instar de celui-ci : la mère et/ou la mer…

Ce numéro 3 de « I Vagabondi » a pu voir le jour grâce à une célèbre Enseigne de la région, à un Cabinet d’Expertises ajaccien, et aux nombreux contributeurs qui ont transité par une plate-forme sur internet. Qu’ils en soient remerciés tout comme l’équipe de « Scudo édition » qui est, rappelons-le, l’une des activités de  l’association « San Be Culture Club ».

I VAGABONDI N°3

15,00 €Prix
  • ISBN : 978-2-490584-36-9

    format 21x27

    155 pages

     

     

  • Port gratuit pour la France Métropolitaine et Monaco

    Pour le reste du monde, nous consulter.